Alimentation cheval au pré : comment nourrir un cheval au pré ?

Alimentation cheval au pré : comment nourrir un cheval au pré ?

L’alimentation du cheval au pré est au coeur de toutes les préoccupations. Car le cheval est avant tout fait pour vivre au pré et en troupeau, le box étant le mode de vie le moins physiologique pour lui. Et à l’ère de l’éthologie équine, de plus en plus de propriétaires décident de revenir aux fondamentaux, en laissant leur cheval au pré. Mais comment nourrir un cheval au pré à l’année ? Voici quelques éléments de réponse.

Nourrir un cheval au pré : la qualité de la pâture

Avant de parler de l’alimentation du cheval au pré, il est important de faire un petit rappel à propos de sa physiologie. Pour rappel donc, le cheval est un herbivore, qui ne se nourrit que d’herbe, de foin et de plantes fourragères. Il est également hypsodonte, c’est-à-dire que ses dents poussent en permanence. Le cheval a donc besoin d’avoir à disposition constante de l’herbe ou du foin à mastiquer, afin de réguler la pousse dentaire.

L’alimentation du cheval au pré va essentiellement se composer d’herbe fraîche. Du fait de sa condition, le cheval devra être en mesure de mastiquer tout au long de la journée. Ce qui implique de maintenir le pré dans des conditions optimales, afin de garantir la disponibilité de l’herbe et des plantes. Il faudra donc penser à assurer une rotation des pâtures au moins tous les six mois, voire plus selon la quantité et la qualité de nourriture disponible.

L’idéal pour nourrir un cheval au pré est d’avoir une pâture riche en herbacées et en plantes fourragères, telles que la luzerne. C’est en effet un excellent aliment pour le cheval, qui appréciera tout autant son goût que sa richesse nutritionnelle. Il faut en revanche faire extrêmement attention aux nombreuses plantes toxiques pour les chevaux.

Les plantes toxiques, un fléau de l’alimentation du cheval au pré

Le cheval ayant une fâcheuse tendance à engloutir tout ce qui passe à sa portée, il faudra en effet s’assurer que les pâtures sont vierges de toute plante nocive. Parmi elles, le séneçon de Jacob est sans doute la plus toxique. Et c’est malheureusement une plante qu’on trouve en abondance dans nos prés.

L’absinthe, l’aconit et la belladone sont également très nocives pour les chevaux. Attention aussi au trèfle des foins, très présent dans les pâtures. Bien que non létal, il peut avoir de graves conséquences sur le foie s’il est consommé en excès. Il existe des applications mobiles pour aider à l’identification des plantes toxiques.

Le foin à volonté, un pré-requis pour l’alimentation du cheval au pré

Même si la pâture est très riche en nutriments, le cheval a besoin d’absorber au moins 50% de végétaux par jour. Ceci, non seulement pour couvrir les besoins journaliers, mais aussi pour réguler la pousse de ses dents et éviter l’apparition de surdents douloureuses.

Et bien souvent, la quantité de nourriture produite par les prés ne suffit pas à combler ces besoins. Il faudra donc veiller à fournir au cheval une boule de foin, qu’il aura en permanence à disposition.

Attention toutefois à ne pas suralimenter le cheval au pré, au risque sinon de provoquer des dommages parfois irréversibles à sa santé.

Alimentation du cheval au pré : attention à la fourbure

L’alimentation du cheval au pré n’est pas sans poser quelques soucis de régulation. Il arrive souvent en effet que certains chevaux se laissent dépasser par l’abondance de nourriture présente. Ils tombent alors en suralimentation, avec les conséquences que cela peut impliquer pour leur santé.

La fourbure est le mal le plus connu des propriétaires de chevaux au pré. Elle se caractérise par une inflammation du pied, à la fois douloureuse et très difficile à soigner. La fourbure est causée par une surconsommation de nourriture chez le cheval, ce qui se produit le plus souvent quand il vit au pré à l’année. Vous pouvez utiliser un complément alimentaire pour cheval pour essayer de limiter le problème

Les poneys étant plus trapus, mais aussi plus gourmands, ils sont plus sujets à la fourbure que les chevaux. Une fois le diagnostic posé, il faudra laisser le cheval au repos complet en box, avec nourriture réduite au strict minimum.

 

Laisser un commentaire

Fermer le menu